lundi 19 décembre 2016

BAC BLANC n°1. CORRECTION DE LA PARTIE 1

Le gène SRY, porté normalement par le chromosome Y, est reconnu comme facteur de masculinité chez les mammifères. Dans le cas du jeune Erwan, on constate que son caryotype est féminin mais son sexe phénotypique masculin.
Après vous avoir expliqué quels sont les phénomènes cellulaires permettant d'avoir un garçon ou une fille, nous essayerons de comprendre ce qui est arrivé à Erwan.

Deux phénomènes se succèdent permettant d'obtenir un garçon ou une fille. D'abord dans les gonades, le phénomène de méiose, puis dans les trompes, la fécondation permettant d'aboutir à la création d'un garçon ou d'une fille.
La méiose permet d'obtenir des cellules N (haploïdes) et la fécondation de retrouver des cellules 2N (diploïdes). Dans le cas du garçon, la paire de chromosomes sexuels n'est pas homologue puisque ses cellules possèdent un chromosome X et un chromosome Y.
Le déroulement du processus est présenté sur le schéma ci-dessous :

*NB : les cellules initiales ont subit une réplication qui précède les divisions cellulaires
Dans le cas d'Erwan, il s'est passé un phénomène rare. Lors de la prophase 1 de la méiose, les chromosomes homologues se rapprochent et leurs chromatides s'enroulent. Ces phénomènes de chiasmas peuvent engendrer des échanges de morceaux de chromatides appelés crossing-over. Ce brassage appelé brassage intrachromosomique ne devrait pas se produire entre les chromosomes X et Y, non homologues. Cependant, les 2 chromosomes ont des parties homologues qui peuvent s'échanger et le gène SRY est proche d'une de ces régions homologues. Lors du crossing-over, le gène SRY a été entrainé sur une chromatide du chromosome X. Après la méiose, le spermatozoïde porteur de l'anomalie a fécondé un ovule, donnant une cellule XX porteur du gène SRY.
Le schéma ci-dessous résume le phénomène :

En conclusion, on peut dire que le problème que rencontre Erwan est le résultat d'un phénomène statistiquement rare qui a entrainé sa stérilité. En ce qui concerne la stérilité, il n'y a pas de solution. On peut alors envisager une IAD (insémination artificielle avec donneur).


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire