mardi 7 mars 2017

Correction de la partie IIB spé SVT du DS du 3 mars (TS)

Sujet :
http://svt.ac-besancon.fr/banque-de-sujets-de-bac-sujets-s/
2015. Nouvelle-Calédonie

Le VIH est le virus responsable du SIDA. Un des traitements visant à bloquer la multiplication des virus est constitué par des INTI. On s'est aperçu qu'à fortes doses, ces anti-rétroviraux étaient toxiques pour l'organisme par déclenchement d'une acidose. Nous allons essayer de déterminer l'origine de cette toxicité.

Selon un certain nombre d'études, les INTI interviennent à deux niveaux dans le processus de respiration cellulaire :
— ils empêchent l'utilisation du pyruvate, bloquant ainsi le cycle de Krebs (1ère phase de la respiration mitochondriale) qui se situe dans la matrice mitochondriale (doc 1b)
— ils diminuent l'expression de gènes mitochondriaux, entrainant une plus faible production de protéines intervenant dans la chaîne respiratoire (doc 3).
Les mitochondries sont donc dans l'incapacité de métaboliser le pyruvate issu du glucose par glycolyse (doc 2a).
Or pendant cette série de réactions qui ne sont absolument pas modifiées par les INTI, il y a réduction d'un certain nombre de transporteurs d'électrons qui sont normalement régénérés par le processus respiratoire.
Les mitochondries étant non fonctionnelles, les cellules vont donc utiliser un métabolisme fermentaire pour oxyder les RH2. Classiquement, dans les cellules, c'est la fermentation lactique qui intervient (doc 2b).
L'acide lactique, anormalement produit en grande quantité, n'est pas entièrement métabolisé et passe dans le sang, provoquant une baisse du pH appelée acidose (doc 4).

On peut donc constater, par cet exemple, que l'utilisation d'un médicament peut bouleverser l'équilibre physiologique cellulaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire